• 0Linux, système Linux original et francophone

    Le bureau Xfce sous 0Linux

    Le bureau Xfce sous 0Linux

     

    0Linux « eta » est sortie : Téléchargements

    0Linux est un système GNU/Linux francophone complet pour systèmes x86 32 et 64 bits, construit depuis rien et basé uniquement sur lui-même, à vocation généraliste. 0Linux tente d’être un système francisé autodidactique afin de favoriser l’apprentissage de l’utilisation d’un système Linux : de nombreux fichiers de configuration sont traduits en français et contiennent des commentaires sur leur utilisation ; l’installateur quant à lui demande d’utiliser la ligne de commande pour renseigner le système, mais de façon assistée.

    Les environnements graphiques inclus sont Enlightenment, Fluxbox, KDE, Razor-qtXBMC et Xfce. Un début d’intégration de GNOME est en cours.

    Particularités :

    • Le système utilise le gestionnaire de paquets Spack (paquets « *.spack ») (doc)
    • Des paquets-abonnements permettent d’installer facilement des ensembles de paquets (tout KDE, GIMP et ses greffons, serveur LAMP, etc.)
    • Le système se met à jour et installe ses paquets via l’outil en ligne 0g, lequel gère les dépendances inter-paquets (doc)
    • Le système s’initialise avec des scripts « à la BSD », comme Slackware entre autres, sous /etc/rc.d/rc.*
    • Tous les outils spécifiques à 0Linux commencent par « 0 » pour les retrouver facilement depuis la ligne de commande
    • Le noyau est compilé avec le maximum d’options et de modules et est optimisé pour le traitement multimédia
    • 0Linux 64 bits a la particularité d’être « multilib » : les architectures i686 et x86_64 peuvent cohabiter au sein du même système. On peut donc compiler et exécuter des logiciels 32 bits et 64 bits
    • Distribution « semi-rolling » : on passe d’une version à l’autre (eta -> theta par exemple) avec un simple 0g (doc)
    • Un système de scripts de construction est disponible pour recompiler soi-même la distribution ou écrire ses propres recettes

    Voir la présentation dans la documentation.

    Plus de détails :

    [Lire la suite...]

  • MATE arrive dans 0Linux theta

    L’environnement de bureau au « look and feel » à la GNOME 2, MATE (prononcez « maté »), vient d’être intégré aux dépôts de 0Linux et sera publié avec 0Linux theta (bientôt). Un paquet-abonnement mate-abonnement a bien sûr été créé pour faciliter son installation :

    0g mate-abonnement

    Contrairement à son grand frère GNOME, la compilation a été un véritable plaisir et les recettes n’ont été qu’une formalité à écrire, aucun correctif spécifique à déplorer, un vrai petit bonheur. C’est GTK2, c’est beau, c’est chaud, ça respecte les thèmes GTK et ça marche vraiment bien.

    On verra aussi dans l’intégration de MATE le moyen de tester quelques applications du bureau GNOME3, toujours bloqué dans les limbes des dépôts de 0Linux, tant que celui-ci sera lié à systemd et PAM pour gérer ses sessions. L’abonnement pour MATE comprend :

    • L’environnement de bureau complet
    • Un menu étendu à la GNOME
    • Le gestionnaire de fichiers Caja et ses extensions, dont celle pour Dropbox
    • La visionneuse de documents Atril
    • L’éditeur de menu Mozo
    • Le gestionnaire d’archives Engrampa
    • La visionneuse d’images EOM
    • L’éditeur texte à la gedit, Pluma
    • Un ensemble d’applets/menus divers pour la barre d’outils
    • Un ensemble d’arrière-plans
    • Un ensemble de thèmes pour GTK

    Et pour finir, la petite capture traditionnelle :

    MATE 1.8 sous 0Linux

    MATE 1.8 sous 0Linux

     

  • util-linux 2.25 prend désormais en charge GPT

    Tout est dans le titre. Il est désormais inutile de passer par les programme gdisk, cgdisk et sgdisk, leurs équivalents traditionnels fdisk, cfdisk et sfdisk sont maintenant compatibles avec les tables de partitions GUID, alias GPT.

    À noter certaines subtilités selon les manuels : cfdisk est recommandé pour gérer les disques GPT, fdisk est dit « bogué » donc moins fiable (en pratique, je n’ai jamais rien remarqué de problématique), et sfdisk (la version non-interactive et scriptable) n’est tout simplement pas compatibles GPT,  à bon entendeur !

    Le programme parted est quant à lui compatible MBR, GPT et BSD depuis quelques temps mais beaucoup (dont moi) lui préfèreront les menus semi-graphiques de cfdisk et d’autres préfèreront encore sortir l’artillerie lourde avec gparted (ou comment écraser une souris avec un rouleau compresseur).

    gptfdisk (contenant gdisk et ses amis) est donc sorti de base-abonnement ainsi que du système autonome (le système « live») mais reste disponible pour les fans endurcis.

  • Le développement de 0Linux theta vient de commencer

    0Linux eta a un installateur fonctionnel et stable ainsi qu’une offre logicielle complète, il est donc temps de débuter la phase de développement de 0Linux theta.

    Les différents graphes de theta

    Les différents graphes de theta

    Comme les noms ne l’indiquent pas et pour clarifier un peu, on n’a pas affaire ici à une version stable publiée suivie d’une version de développement. Encore moins à une succession de versions bêta : 0Linux nomme simplement ses versions selon l’alphabet grec et chaque version peut être mise à jour facilement sans cassage sérieux vers la suivante. Voyez ça comme une « semi-rolling release »…

    Ainsi, dès parution des paquets de 0Linux, theta un simple 0g permettra de faire la mise à jour complète vers theta, après avoir pris le soin de modifier la version « eta » en « theta » dans le fichier /etc/os-release.

    [Lire la suite...]

  • Mises à jour perturbées

    Les mises à jour de 0Linux risquent d’être perturbées voire arrêtées pour une courte période. Les récents problèmes de connectivité à l’IGH qui héberge les dépôts nous a amenés à déplacer les paquets et à placer les mises à jour chez Tuxfamily exclusivement. Mais ces derniers ont perdu un serveur dernièrement. Ajoutons à cela notre serveur de construction de paquets automatisée (répondant au doux nom de Tractopelle) qui grille et on se retrouve dans une belle panade !

    Nous allons donc modifier notre « infrastructure » en mettant en place suffisamment d’outils et de serveurs pour retomber sur nos pattes en cas de coup dur.

    [Lire la suite...]

  • Nouvelle image ISO de 0Linux « eta » disponible

    Une nouvelle image ISO de 0Linux « eta » datée du 4 juillet 2014 est disponible sur les serveurs de Tuxfamily, via la page des Téléchargements.

    Démarrage du live de 0Linux eta

    Démarrage du live de 0Linux eta

    Cette image ISO propose plusieurs nouvelles fonctionnalités, dont :

    [Lire la suite...]

  • Le serveur de construction a grillé

    L’orage d’avant-hier a eu raison du serveur de construction de 0Linux (qui est auto-hébergé), qui compilait et envoyait automatiquement les paquets sur le dépôt, malgré la présence d’un onduleur avec parafoudre. L’alimentation ou la carte mère (ou les deux) a donc grillé.

    Les conséquences directes : les mises à jour sont maintenant impossibles.

    [Lire la suite...]

  • Dans les cartons de 0Linux

    M’étant fait remonter les bretelles pour mon manque de communication sur le projet, voici une liste de ce qu’on vous prépare pour la suite :

    Amorçage via le LABEL ou l’UUID de la partition racine

    De nombreux utilisateurs ont rapporté un problème récurrent : ils installent 0Linux, tout se passe bien, et dès le redémarrage ça ne s’amorce plus. La lettre du lecteur de disque dur sur lequel figure la racine a en fait tout simplement changé de nom : /dev/sda est devenu /dev/sdb, ou que sais-je.  Le chargeur d’amorçage est alors dans les choux. Selon les BIOS/EFI et selon le coup de bol de chacun, la lettre peut changer si vous avez installé 0Linux depuis une clef USB, une carte mémoire, un disque dur externe, etc. Il va donc falloir s’assurer que cette racine réponde bien présent à chaque démarrage. Une solution consiste à démarrer la partition racine non plus selon son nom donné par Udev, mais par son étiquette (le LABEL) ou son identifiant unique UUID.

    [Lire la suite...]

  • Sortie du paquet Catalyst 14.4 pour cartes AMD

    Logo AMD CatalystLes pilotes AMD/ATI propriétaires, livrés dans la suite « Catalyst » ont été empaquetés pour 0Linux et Linux 3.14.4.

    Tout comme le paquet ‘nvidia’, les pilotes propriétaires sont des paquets intrusifs : c’est-à-dire qu’il écrasent des fichiers natifs de la distribution, notamment des bibliothqèues (libGL.so par exemple) venant du paquet ‘mesa’. Si vous êtes amené(e)s à le désinstaller, il laissera votre affichage sera cassé et il faudra réinstaller ‘mesa’ (ou le désinstaller via ‘spackrm mesa’ et ré-invoquer un ’0g mesa’).

    Pensez donc bien à lire le fichier ’0-LISEZMOI’ dans la documentation, sous ‘/usr/doc/catalyst/’.

    Installez Catalyst sous 0Linux ainsi :

    0g catalyst

    Ce paquet, tout comme ‘nvidia’, installe un fichier « blacklist » qui empêche le chargement des pilotes libres pour que le pilote propriétaire fonctionne dès l’installation, ici :

    # /etc/modprobe.d/blacklist-ati-radeon.conf
    blacklist ati
    blacklist radeon
    blacklist radeonhd

    Il installe également un fichier de configuration pour X chargeant le pilote sans aucune option qu’on modifiera à loisir avec les nombreuses options disponibles :

    # /etc/X11/xorg.conf.d/catalyst.conf.0nouveau << "EOF"
    Section "Device"
        Identifier "AMD fglrx"
        Driver "fglrx"
    EndSection

    Gardez à l’esprit que la qualité des pilotes fournis par AMD est toute relative dans le sens où vous gagnerez quelques images par secondes (FPS) en 3D mais que les performances 2D pourront être médiocres, voire pires que celles du pilote libre.

    J’en profite pour féliciter Nvidia et AMD pour le soin méticuleux apporté à leurs paquets afin qu’ils soient les plus difficiles possible à empaqueter, à compiler et à installer. Personnellement, ce sont les pires paquets que j’aie eus à faire, un vrai calvaire, chapeau bas.

  • Google Chrome empaqueté sous 0Linux

    Chrome, la version de Chromium Googlisée, arrive dans 0Linux. Le paquet est un ré-empaquetage de la version binaire du navigateur de Google, il est donc « d’origine ». À noter qu’il fait être en accord et accepter leur licence d’utilisation, consultable sur le site de téléchargement de Chrome.

    Pour l’installer, un simple :

    0g chrome

    … suffira.

    Google Chrome sous 0Linux

    Google Chrome sous 0Linux

  • Firefox débarque comme en 29.0

    Firefox 29.0 vient de sortir et arrive dans dans 0Linux : outre de nombreux remaniement d’interface qui ne manqueront pas de faire piailler les râleurs dans mon genre, on a vraiment l’impression de se retrouver sous Google Chrome ou bien l’une des nombreuses applications en ligne : le menu Firefox sort de la barre des onglets et se retrouve aligné avec les icônes des modules et le formulaire de recherche. Les onglets, plus ronds et épais, prennent légèrement plus de place en hauteur, laquelle est rattrapée par la disparition pure et simple de la barre des modules (dont je me servais très souvent) ! Toutes les icônes compatibles sont donc téléportées dans un fatras en haut à droite de la fenêtre ou bien ont tout à fait disparu.

    Mis à part ces remaniements d’interface de plus en plus systématiques, j’ai noté quelques améliorations en termes de performance et en occupation mémoire et un menu Développement plus visible. Et un petit « avant-après » sous 0Linux pour finir :

    Firefox 28.0 sous 0Linux

    Firefox 28.0 sous 0Linux

    Firefox 29.0 sous 0Linux

    Firefox 29.0 sous 0Linux